"Fata Morgana", dans la fumée des mirages

Publié le par Thomas Grascoeur

        Le Centre Pompidou diffuse actuellement, du 10 décembre 2008 au 2 mars 2009, une rétrospective intégrale de l'oeuvre du cinéaste allemand Werner HERZOG. C'était l'occasion, jeudi 18 décembre, de découvrir Fata Morgana (Mirage), un pseudo documentaire lyrique et bouffon réalisé dans les années 70.
        Un avion se pose sur une piste, inlassablement, jusqu'à ce que les vapeurs de carburant et de chaleur viennent troubler son image. Réalité, illusion, mythe. On attend un symbole, une réalité suprême, qui n'arrive jamais. Fata Morgana révèle le décalage entre la vie quotidienne et la métaphysique. 
        Absurde, satirique, ce film passe du concept au fou-rire, parce que rien dans le monde ne vient répondre aux aspirations secrêtes de l'homme, à sa soif d'exister et à son besoin d'éternité. Au contraire, les signes de la mort et de la domination sont omnipérents. La soif d'impossible reste sans écho, sans profondeur, comme un mirage. Et lorsqu'il se dissipe, l'homme apparait. Et il rit.

Publié dans Allemagne

Commenter cet article