"Bons baisers de Bruges" n'est pas une carte postale

Publié le par Thomas Grascoeur

        Le film aurait pu s'appeler "Des tueurs chez les Ch'tis". Entre film policier, comédie d'humour (très) noir, road movie, thriller, "Bons Baisers de Bruges" envoûte et interroge, à la manière des frères Coen. Sous des allures de film de genre, le film pose les questions du meurtre, du suicide, de la conscience, du devoir. Trois personnages prévisibles jusqu'à la caricature sont lancées dans les brumes de la cité médiévale, et de leur confrontation naissent des vérités imprévues...
        Une expérience de laboratoire, inéluctable et sanglante, sous les aspects d'un divertissement. Ralph FIENNES, Colinn FARRELL et Brendan GLEESON sont au sommet de leur art, allant même jusqu'à éclipser le rôle féminin, très conventionnel, de Clémence POESY. Des plans soignés, une musique très dense parfaitement intégrée à l'action... "Bons baisers de Bruges" vaut le détour.

Publié dans Grande-Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Ce n'est pas une carte postale mais un peu quand même. Bruges symbolise bien ce que sont les deux personnages. Clémence Poésy n'est là que la touche féminine, c'est vrai. C'est très bon.
Répondre
M
il me tente bien ce film a+
Répondre
M
surtout au Caméo à Nancy...
Répondre