"De l'autre côté", jeu de miroirs à méditer

Publié le par Thomas Grascoeur

De-l-autre-c--t--.jpg        Avec De l'autre côté, Fatih AKIN continue sa trilogie sur l'amour, la mort et le mal, ouverte par Head On. C'est de mort qu'il est question cette fois-ci. 
        Meurtre, hasard, accident ou destin, le film évolue, dans un jeu de miroirs, entre Allemagne et Turquie, politique et société, hommes et femmes, parents et enfants. Au coeur de la ville, les personnages se croisent, se cherchent, mais ne se reconnaissent pas. "L'important ne sont pas les choses, mais les liens entre les choses", a écrit SAINT-EXUPERY. "L'autre côté", c'est cette trame invisible qui se construit peu à peu.
        Des envolées éblouissantes font oublier une démonstration encore un peu trop appuyée. Regards, sourires, larmes, lumière sur le Bosphore, jusqu'à l'image finale, séquence unique de quelques minutes, forte de tous les liens créés au long du film, où l'on guette une barque face à l'horizon.

Publié dans Turquie

Commenter cet article